POUR NE PAS PERDRE PAS LE FIL...

Dans cet espace, nous vous proposons de nous partager vos expériences autour

des Pratiques Narratives et vos sources d'inspiration personnelles 

 

Citations, lectures, films, musiques, photos, expositions, ... 

 

Un espace que nous actualiserons régulièrement,

au gré de vos sollicitations.

Chiche ?

Ecrivez-nous à contact@pratiquesnarratives.com

Sans titre.png
Nommer le réel.png
Portrait - Service réa Covid-19 Beaujon

Récits de la crise COVID

et cérémonie de la reconnaissance à l’hôpital public

 

Mi-mai 2020, la France se dé confine, le pic de crise de la COVID 19 à laquelle les personnels des hôpitaux parisiens de l’AP-HP ont dû faire face est derrière nous. Le DRH d’un grand groupe hospitalier nous sollicite (DRH du siège) pour les aider à mettre en place un dispositif d’écoute tourné vers les soignants pour garder une trace des expériences vécues pendant la crise, et surtout pour leur donner de la reconnaissance.

Nous y voyons un terrain idéal pour monter un dispositif qui donne la parole aux professionnels de terrain en s’appuyant sur les principes des pratiques narratives (développées en Australie et en Nouvelle Zélande dans les années 1990/2000 par Michael White et David Epston) : écouter les récits individuels, partager une histoire collective, inviter des témoins extérieurs, faire des re-narrations, écrire une documentation, préparer une cérémonie définitionnelle avec pour fil rouge la reconnaissance des professionnels concernés. . Nous nommons la démarche « Témoignages des réussites collectives pendant la crise, les histoires extra – ordinaires de la crise du Covid 19 ». 

D’expérience nous savons la difficulté à « sortir les soignants » de leur poste de travail, l’intensité de l’effort qu’ils ont fourni, l’épuisement, mais aussi la pudeur et même l’impossible partage du vécu de la crise. Notre dispositif doit être rythmé et chaque séquence doit leur faire du bien, et produire une forme de reconnaissance. Nous sommes les premiers témoins extérieurs de leurs histoires.

Nous posons les bases du volontariat, de la production d’une documentation (texte, frise, arbre, audio, vidéo…), de la composition d’un groupe mixte intégrant soignants, cadres, médecins ayant comme lien une histoire de travail commun pendant la crise, ainsi que l’idée de la cérémonie définitionnelle devant des témoins en fin de démarche pour amplifier, faire résonner les témoignages. 

Le groupe est issu de l’hôpital Beaujon situé à Clichy, de la réa Sergent, du nom d’un bâtiment destiné à la démolition, qui a été aménagé pour accueillir en réanimation l’exceptionnel afflux de patients. Tous volontaires, ils ont des métiers différents : un médecin réanimateur, plusieurs aides-soignantes, infirmier(e)s, des cadres de santé, un agent de la logistique, ils ont été réquisitionné et se sont coordonnés pour faire face au nombre de malades et à la gravité de leur état dans un contexte d’urgence permanente et inédite. 

 

Notre dispositif se structure en 3 temps : 

Séquence 1 : Des entretiens à 3. L’essentiel de la méthode consiste à proposer un guide d’entretien et à définir les rôles : un narrateur, un intervieweur, et un témoin qui prend des notes. Les rôles sont tournants et l’intimité du trinôme permet à chacun son tour de s’exprimer sur les moments forts et les épreuves, et les ressources intérieures et les soutiens, d’être écouté avec beaucoup d’attention et de partager d’émotion, de commencer à documenter… 

A l’issue de cette séquence nous rédigeons le texte ci-dessous en reprenant certains de leurs mots écrits, et entendus, pour garder les fines traces des histoires de cette l’équipe face à la détresse des patients et des familles. Ce texte n’a eu de cesse d’évoluer, d’être épaissi au fil de leurs récits.

 

 

 

On l’a fait ensemble

Réquisition par SMS, attente, tension intérieure, stress, angoisse.

Peur, peur de l’inconnu, peur de l’échec, peur de la contamination,

La pression, ne pas en dormir de la nuit, en pleurer sur son vélo.

Ne pas s’attacher aux patients. Rester humain.

Est-ce qu’on va en être capable ? Est-ce qu’on va s’entendre ? Est-ce qu’on va résister ?

L’ouverture de Sergent, le montage. Ça y est on s’organise. Les protocoles, les réunions.

Le choc :

Le nombre de malades, leur état, la lutte contre le virus, les décès

La solitude des mourants, les appels des familles, les interdictions de visites, les adieux par face time, les larmes au téléphone, les derniers mots, nos visages,

109 patients

On se sent utile

Malgré l’épuisement et la charge de travail, le manque de matériel, les ruptures de stock, la pénurie de médicaments, les locaux inadaptés, les combinaisons dans lesquelles on crève de chaud

On a transpiré comme jamais,

On n’a pas baissé les bras, on est allé de l’avant, on s’est organisé, on s’est réorganisé, on s’est adapté chaque jour,

Toujours en faire plus, ne pas baisser les bras, on était à fond.

L’entraide est devenue une force, le rire une thérapie

Les cadres de proximité, les collègues, les médecins, les IADE nos anti-stress, les IDE, les logisticiens, les sourires même derrière les masques, la solidarité nationale, les remerciements nous ont aidé à tenir.

Les encouragements nous ont re-boosté.

On était une super belle équipe, on sentait l’écoute des supérieurs, des médecins, les cadres étaient des piliers.

Former des nouveaux arrivants rapidement, donner confiance aux gens de province, encadrer les ESI

On a pu y arriver grâce à l’équipe,

On n’était jamais seul, on s’est donné de la force.

On s’est tous effondré mais il y avait toujours quelqu’un pour nous relever.

On a pleuré, on a ri, on a tout donné.

Pour encaisser les décès, la lourdeur des prises en charge, les dégradations rapides de l’état des patients, pour soutenir les familles désemparées.

Et puis il y a eu l’espoir, les patients qui sortent de la réanimation, ce papa qui survit pour la naissance de son 3èmeenfant

Entre nous on se ressourçait, on retrouvait la bonne humeur, une main toujours tendue

Les déjeuners en commun sur la dalle, dans un silence de plomb, il y avait parfois un rire qui fusait

La chaleur humaine

Tout le monde était content de venir travailler.

Avec bienveillance, écoute, équité.

Ensemble on a réduit la peur, on a surpassé nos peurs.

Cette expérience a été une leçon de vie.

Beaucoup de fatigue, on est sur les rotules, on sent le coup de déprime.

Difficile de décrocher. Difficile d’en parler. Difficile de revenir à la vie d’avant.

On était tellement bien ensemble qu’on voulait rester même si c’était fermé.

La fermeture on l’a pris en pleine face, déboussolé, perdu.

C’est allé tellement vite qu’on n’a pas vu le temps passer.

Ça a donné un sens à notre métier, on s’est réconcilié avec la profession, une renaissance.

On a retrouvé le soin, on a pris soin de l’autre

On pourrait le refaire, on saurait s’organiser mais on ne voudrait pas revoir ce qu’on a vu, on n’est pas imperméable à la tristesse

On a découvert nos forces, on a découvert notre courage.

Fierté.

On l’a fait ensemble.

Et après, et demain

Besoin de se reposer, de prendre des congés, de passer du temps avec sa famille qu’on n’a pas beaucoup vu

Profiter de la vie

L’envie de ne plus repousser à demain ce qu’on peut faire aujourd’hui

Continuer à se développer

Se réaliser, se former, organiser un séminaire, actualiser les procédures

Partager, transmettre ses compétences, donner confiance aux autres

Valoriser le bien-être au travail

Dire ce qu’on a sur le cœur

Avoir des projets

Toujours regarder plus loin

Se sentir pousser des ailes.

 

Témoignage collectif de la crise du Covid 19 – Service Réanimation Hôpital Beaujon –Juin 2020

 

Séquence 2 : La réalisation d’un arbre de vie géant de l’équipe documenté autour de 3 questions principales.

Pourquoi avons-nous choisi ce métier ? 

Quelles sont nos qualités ?  Chacun adresse une qualité dont il a été témoin pendant la crise à une ou plusieurs personnes du groupe et explique pourquoi.

Quels sont nos espoirs pour demain ?

La reconnaissance s’exprime sur la place prise par chacun au sein du groupe, sur ses qualités professionnelles, sur l’attachement partagé au métier et à l’hôpital. C’est aussi l’occasion de se reconnecter pour chacun au sens de leur métier, de leur engagement, de raconter des histoires intimes, de se découvrir, de se projeter dans l’avenir. L’arbre constitue aussi une documentation graphique qui leur a été offerte en fin d’accompagnement. 

Le groupe est sollicité pour décider du public à inviter à la cérémonie de reconnaissance : l’étape finale de notre dispositif. Assez rapidement, les propositions d’invitations arrivent aussi diverses que le Directeur Général, leur ancienne chef de service, et puis : un journaliste, la voisine qui nous faisait des cookies, un patient … 

 

Séquence 3 : La cérémonie définitionnelle que nous décidons de nommer « Cérémonie de la reconnaissance ». 

Chacun des soignants de l’équipe s’exprime seul debout face au public, en racontant un moment d’émotion et de prise de conscience vécu pendant la crise.

Cette expression se fait de manière très spontanée l’un après l’autre sans ordre préétabli, elle donne lieu à de nouveaux récits très représentatifs de leur engagement à essayer de sauver les malades, à les prendre en charge en relation avec leurs familles malgré les contraintes nouvelles des règles de sécurité. Des récits de leurs peurs aussi les mettant face à nous dans la pleine expression de leur courage, de leurs peurs et d’humanité. Des applaudissements concluent chacun des témoignages.

Un acteur de théâtre lit le texte de leurs témoignages s’adressant ainsi face à leurs auteurs, une façon d’honorer leur courage et leurs forces et aussi d’externaliser leurs souffrances. 

S’agissant du public, si toutes les personnes sollicitées n’ont pu être présentes, d’autres se sont ajoutées. Ainsi sont réunis : une journaliste de France-Inter, un photographe, des représentants de la direction de l’hôpital, les psychologues du service, d’autres professionnels …et un patient qui avait passé 6 semaines inconscient dans le service. Il s’exprime en dernier, il dit sa peur de revenir dans ce lieu, et son contentement d’être là pour eux et de participer à cette cérémonie.

Le public est sollicité pour réagir en suivant un questionnement précis et orienté par le guide du témoin extérieur, l’intention n’étant pas de faire un simple feed-back mais bien de partager en quoi ces récits résonnent personnellement avec l’expérience de ces soignants.

La participation de France Inter, l’enregistrement de toute la cérémonie a donné de l’importance à ce moment et a en assuré la démultiplication.

https://www.franceinter.fr/info/la-peur-la-solidarite-l-humanite-quand-des-soignants-temoignent-de-la-crise-covid-a-leur-direction

Emission grand angle en date du 9/07/20 

https://www.franceinter.fr/emissions/grand-angle?p=2

 

La remise d’un diplôme avec les noms et qualités de l’équipe « à valoir pour qui de droit » a permis de matérialiser le souvenir de cette cérémonie. 

Ce que nous avons appris de cette démarche dans ce contexte :

1°) La spécificité des liens qui se sont créés pendant la crise

Face à l’inconnu la solidarité entre professionnels et l’attachement aux valeurs humaines des métiers du soin reprennent toute leur place.

Les récits de la crise COVID disent à la fois la gravité de la situation et la solidité de l’engagement des professionnels pour l’affronter. Cette crise sans précédent (en durée, en ampleur, et en visibilité) a fait disparaître les clivages professionnels habituels des personnels hospitaliers, elle a rendu visible dans toute la société le travail des soignants, et a suscité une mobilisation collective impressionnante.

2°) La puissance de la "reliance"

Nous avons appréhendé la reconnaissance comme une dynamique d’écoute puis d’amplification des histoires individuelles et collectives au-delà du seul aspect hiérarchique. Il ne s’agit pas de remercier, il s’agit de partager ce qui a été fait, ce qui a été vécu, de se redire les valeurs qui nous relient. Notre but était bien de faire vivre au groupe une expérience de reconnaissance entre eux puis avec les témoins, et enfin auprès du grand public.

3°) La frugalité du dispositif

Au total, trois rendez-vous d’environ 2 heures ; le dispositif nécessite certes beaucoup de préparation mais peu d’intervention. Cela constitue une vraie opportunité pour le déployer plus largement. Un autre groupe est d’ailleurs en cours d’accompagnement à l’hôpital Saint Louis à Paris.

4°) L’intérêt de la documentation 

Les différentes documentations élaborées au cours de la démarche avec les mots des participants permettent à la fois de mettre à distance, puis de valoriser les personnes et leurs histoires. 

5°) La force du rituel de la cérémonie

Un grand moment de partage et, pour tous, le moyen d’honorer le collectif, et de marquer la fin d’une période, de le célébrer.

 

Laurence Sarton et Anne-Sophie Michel

Le 14 août 2020

POUR NE PAS PERDRE PAS LE FIL...

Dans cet espace, nous vous proposons de nous partager vos expériences autour

des Pratiques Narratives et vos sources d'inspiration personnelles 

 

Citations, lectures, films, musiques, photos, expositions, ... 

 

Un espace que nous actualiserons régulièrement,

au gré de vos sollicitations.

Chiche ?

Ecrivez-nous à contact@pratiquesnarratives.com

Construire sa boussole pour les transformations agiles

Capture d’écran 2021-06-08 à 11.32.50.pn

1. Pour quelles raisons se doter d'une boussole pour accompagner les personnes ?

Dans un monde de plus en plus VUCA (Volatile Incertain Complexe Ambigu), il paraît utopique de vouloir accompagner une transformation ou un changement en appliquant un mode de fonctionnement précis qui fonctionnera dans tous les cas. Les mêmes actions, processus, causes ne généreront pas les mêmes résultats. Un même mode de fonctionnement "agile" fonctionnera dans certains contextes et pas dans d'autres, … Chaque chemin est unique et vouloir utiliser le même chemin que son voisin amène à "simplifier" la transformation et risque d'apporter de nombreuses déceptions, comme c'est le cas avec l'agile.

En tant que coach agile ou Scrum Master, en tant qu'accompagnateur d'une transformation, ou même en tant que mentor, vous ajustez votre accompagnement à un contexte mouvant, mais aussi à des besoins qui se précisent au fur et à mesure, à des personnes qui évoluent à des rythmes qui leur sont personnels. Pour vous, l'adaptation est de rigueur. Un des risques alors c'est qu'à force de vous adapter, vous pouvez avoir le sentiment d'être submergé et ne plus savoir où donner de la tête, à certains moments vous vous retrouvez perdu dans la complexité, il y a tellement de choses possibles à faire ! Quelle est "La bonne chose à faire" et dans quelle voie devez-vous aller ?

Une des premières choses qui m'apparaît importante est d'avoir un cap, une direction, un objectif qui doit être éclairci. Ensuite il faut savoir que le meilleur chemin pour l'atteindre est rarement la ligne droite (même si c'est le chemin le plus court en distance, voire le plus évident) … cette ligne droite pourrait en effet être le plus long chemin en durée. Si je prends la métaphore du bateau, l'équipage va dans certains contextes tirer des bords pour avancer vers l'objectif, … ou utiliser une boussole pour ne pas se perdre. Finalement il se pourrait qu'il n'y ait pas "une bonne chose à faire" mais plutôt de multiples choses qui peuvent être adéquates et notre boussole nous permettra d'avancer en nous assurant de garder le cap vers l'objectif.

2. Une boussole issue des Pratiques Narratives

En octobre 2019, lors d'un séminaire avec des collègues coachs, nous avons travaillé sur une boussole que nous pouvons utiliser lors de nos coachings (puisque là aussi nous accompagnons des personnes qui évoluent, se transforment dans des contextes potentiellement VUCA). Cette boussole est issue de nos connaissances de coachs, plus particulièrement en lien avec l'approche des "Pratiques Narratives". J'ai eu envie de vous partager la façon dont je l'utilise pour accompagner des personnes dans les transformations. Vous pourriez vous en inspirer (… ou pas) pour créer la vôtre quand vous accompagnez une personne ou une équipe.

Il s'agit de garder en tête les 4 directions et de choisir la direction dans laquelle nous posons la question, c’est-à-dire d’être conscient de l’intention de notre question. Il n'y a pas de "bon" ordre, plutôt une navigation en conscience dans les différentes directions, … en choisissant ce qui nous paraît opportun à un moment donné, au vu de la personne accompagnée, de son contexte et de l'objectif. Vous verrez également que certaines questions sont en lien avec plusieurs directions (on part vers le "nord-est par exemple").

Les directions que nous avons listées sont l'action, l'identité, la relation, l'émotion.

Souvenez-vous que vous accompagnez des personnes, les questions ci-dessous nécessitent un cadre de confiance adéquat,

voire de la confidentialité sur les réponses apportées.

Action

En tant qu'accompagnant je peux questionner :

  • Les actions passées (quand as-tu déjà fait cela, ne serait-ce qu'un tout petit peu ?) : la personne peut ainsi prendre conscience de ce qu'elle a déjà fait ; elle peut réaliser que ce qui lui paraît difficile aujourd'hui, elle l'a déjà fait dans un autre contexte et qu'elle va pouvoir s'appuyer dessus et transposer des éléments à son contexte actuel ; ce qui paraissait insurmontable devient réaliste.

  • Les actions présentes (que fais-tu ? dans quel chemin commences-tu à t'engager ?) : je commence souvent par cette direction, pour mettre en lumière ce que vit la personne. Ceci peut être également aidant pour responsabiliser une équipe / une personne, l'engager, rendre explicite des comportements dont personne ne parle mais que tout le monde connait. Par exemple : quand tu te tais pendant la rétrospective, qu'est-ce que tu es en train de taire ? c'est quoi le message que tu te dis (dans ta tête) et que tu pourrais exprimer ? Ceci peut également permettre de réaliser que quelque chose est en train d'être fait, que cela existe même si pour le moment cela paraît anodin.

  • Les actions futures (que pourrais-je te voir faire ? quel prochain petit pas vas-tu faire?): ceci permet tout simplement à la personne de mettre le pied à l'étrier, de la pousser à l'action.

Identité

  • Cette direction va permettre de mettre les éléments en perspective de ce qui est important pour la personne, pour l'équipe ; elle va apporter du sens (le "sens" dont on parle tant actuellement).

  • Prenons l'exemple d'un comportement qui est mal perçu par quelques membres d'une équipe. Au lieu de voir ce comportement uniquement de façon négative, cherchons le message sous-jacent qui est important et qui n'a pas encore été exprimé ; qu'est-ce que ce message peut apporter à la personne et à l'équipe comme nouvelle vision ? Voici quelques exemples de questions :

  • Pour la personne : quand tu fais cela, quelle est ton intention ? quelles sont les valeurs que tu as envie de mettre en avant ? quel type d'acteur as-tu envie d'être ? quand tu fais cela, en quoi est-ce cohérent avec tes espoirs, tes rêves ?

  • Pour les autres : à votre avis, quand la personne fait cela, qu'est-ce que cela dit de ce qui est important pour elle ? en lien avec son comportement, quelles sont les qualités qui appartiennent à cette personne ? en quoi cela peut être un atout pour l'équipe et du coup quelle équipe êtes-vous quand vous le prenez en considération ?

 

 

Relation

 

Nous vivons, travaillons en relation avec des personnes. Ces relations peuvent être aidantes, gênantes, neutres, … (il s'agit bien des relations que nous qualifions et non pas des personnes ;-) ). Peut-être même oublions-nous certaines personnes ou groupes de personnes ?

Ces personnes en interaction avec des influences mutuelles, avec des "frontières" plus ou moins clairement définies, forment ce que l'on appelle des systèmes (la squad X, la tribu Y, …). Aujourd'hui nous entendons de plus en plus parler de "systèmes" et nous les prenons en considération, ce qui me paraît utile dans un monde de plus en plus complexe.

Quand j'accompagne une personne / des équipes, ont-elles conscience des relations qu'elles entretiennent avec les différents systèmes et des jeux d'influence? Et d'ailleurs moi-même, en tant qu'accompagnant, comment est-ce que je me situe ?

Quelques exemples de questions (que je peux poser à moi-même ou aux autres) avec les intentions liées :

  • A quelles "relations" je porte attention, à quels types d'entité j'accorde de l'importance ?

  1. Quels sont les collectifs que j'adresse ? Ce peut-être l'entreprise ou une direction avec qui je travaille, une équipe. Ici, je considère bien les systèmes (qui sont plus que la somme de leurs individus) et non les personnes de façon individuelle.

  2. Avec quelles personnes je travaille individuellement ? Est-ce que je porte plus d'attention à certains types de personnes que d'autres (par exemple la hiérarchie, ou ceux que je pense en difficulté) et cela est-il pertinent ?

  3. Moi-même : est-ce que je prends soin de moi ou ai-je tendance à me concentrer uniquement sur les autres ?

  4. Une représentation sous forme de schéma (cartographie des parties prenantes, sociogramme) peut être aidante pour réaliser les relations que nous avons, en quoi elles peuvent être adaptées à un moment donné, … ou ne plus l'être, en quoi il serait pertinent de les ajuster pour faciliter l'atteinte de son objectif. Il reste aussi à identifier si certains collectifs ou certaines personnes sont oubliées ?

  • Certaines relations peuvent être inspirantes et nous aider à trouver la façon dont nous pourrions nous comporter, quand nous ne savons pas comment faire. Il peut s'agir de personnes réelles (que nous connaissons personnellement ou non) ou imaginaires (personnages de bandes dessinées, …). Certains les appellent des héros. Voici des exemples de questions : quel personne ou personnage connais-tu qui saurait faire ce que tu aimerais faire ? comment s'y prendrait-il ?

  • Pour relier la personne à d'autres personnes qui croient en elle : qui ne serait pas étonné de voir que tu as réussi à atteindre l'objectif dont tu me parles ? quelles sont les raisons qui font que cette personne ne serait pas étonnée ?

  • Il peut s'agir de nommer les choses pour les faire exister : comment tu qualifierais les liens que tu aimerais avoir avec cette équipe ? avec qui as-tu déjà des relations transparentes et sereines ?

Émotion

Pour accompagner les personnes dans une transformation, il me paraît primordial de leur permettre d'entrer en contact avec leurs émotions et ressentis, pour savoir si la direction qu'ils empruntent est pertinente pour eux ou s'il est préférable qu'ils empruntent un autre chemin.

  • Quand je ressens une émotion agréable, mon "moi" est en train de me dire "ce que tu vis est sympa, il pourrait être utile que tu continues à vivre cela", … mais quel est ce "cela", quelle est cette situation qui me convient ? En ai-je conscience ?

  • Quand je ressens une émotion désagréable, mon "moi" est en train de m'envoyer un signal d'alarme pour me dire "ce que tu vis ne te convient pas, fais attention, ce serait bien que quelque chose change". Là aussi, ai-je conscience de ce que cela pourrait être ?

 

Oserai-je dire que les émotions et ressentis sont de superbes KPI (Key Performance Indicators) ! Utilisons-les :-)

Voici quelques exemples de questions :

 

  • Quand tu te projettes dans cette situation future (par exemple animer la sprint review), comment te sens-tu ? qu'est-ce qu'il faudrait pour que ce soit plus agréable / stimulant / … ?

  • Quand tu as peur de décider, quelle est la partie de toi qui a peur ? de quoi dois-tu prendre soin ? quel est le besoin qui voudrait être satisfait ? comment pourrais-tu faire ?

  • Quelle tonalité as-tu envie de donner à cette réunion que tu vas animer (dynamique, conviviale, grave, importante, …) ? montre-moi comment tu incarnes ce dynamisme (ou cette convivialité, …) ?

  • Tu avais l'air très content de ce que tu as fait ce matin en réunion, tu peux me raconter ? c'était quoi ton ressenti ? (… puis j'aurais envie de rebondir sur une question liée à l'identité, en quoi c'est important pour toi ?)

Merci aux personnes ci-dessus pour le travail fait ensemble pendant ce séminaire et pour avoir mis au point cette boussole : Bénédicte Baches, Florence de Saint Roman, Anny Regnaud, Laurence Margeat, Isabelle Levasseur et Philippe Martin. Merci aussi à Michel, notre hôte. Et merci à Isabelle Laplante et Nicolas de Beer qui nous ont formés sur les Pratiques Narratives il y a bien des années.

3. Un autre type de boussole

Et vous, avez-vous une boussole ?

Pour donner un autre exemple, très éloigné du premier : avec sa version 7 du PMBOK, le PMI propose 12 principes. Je me dis qu'on peut les voir comme des axes d'une boussole. Pour avoir une vision plus synthétique, sans perdre la richesse de ces 12 éléments, j'aurais envie pour le moment de les regrouper de la façon suivante, en 4 quadrants :

Et vous, avez-vous une boussole ? Pourriez-vous la partager en commentaire ?

Si vous n'en avez pas encore une, quelles sont les directions qui sont importantes pour vous et qui vous permettent de vous diriger quand la situation se complexifie.

Sinon peut-être qu'une des questions de cet article vous a plus particulièrement marquée, pourriez-vous la partager en commentaire ?

Au plaisir d'échanger avec vous sur ce sujet, pour accompagner les personnes et les transformations de façon plus efficace et plus sereine pour tous.

Aurore Jung 

Coach professionnelle, mentor en management de projet

Certifiée Coach Praticien Senior, PMP® (Project Management Professional), Professional Scrum Master 1 (PSM1)

questionnement narratif
Boussole narrative
Questions narratives
coaching se diriger
arbre narratif
diplome narratif
cérémonie de la reconnaissance

Récits de la crise COVID

et cérémonie de la reconnaissance à l’hôpital public

 

Mi-mai 2020, la France se dé confine, le pic de crise de la COVID 19 à laquelle les personnels des hôpitaux parisiens de l’AP-HP ont dû faire face est derrière nous. Le DRH d’un grand groupe hospitalier nous sollicite (DRH du siège) pour les aider à mettre en place un dispositif d’écoute tourné vers les soignants pour garder une trace des expériences vécues pendant la crise, et surtout pour leur donner de la reconnaissance.

Nous y voyons un terrain idéal pour monter un dispositif qui donne la parole aux professionnels de terrain en s’appuyant sur les principes des pratiques narratives (développées en Australie et en Nouvelle Zélande dans les années 1990/2000 par Michael White et David Epston) : écouter les récits individuels, partager une histoire collective, inviter des témoins extérieurs, faire des re-narrations, écrire une documentation, préparer une cérémonie définitionnelle avec pour fil rouge la reconnaissance des professionnels concernés. . Nous nommons la démarche « Témoignages des réussites collectives pendant la crise, les histoires extra – ordinaires de la crise du Covid 19 ». 

D’expérience nous savons la difficulté à « sortir les soignants » de leur poste de travail, l’intensité de l’effort qu’ils ont fourni, l’épuisement, mais aussi la pudeur et même l’impossible partage du vécu de la crise. Notre dispositif doit être rythmé et chaque séquence doit leur faire du bien, et produire une forme de reconnaissance. Nous sommes les premiers témoins extérieurs de leurs histoires.

Nous posons les bases du volontariat, de la production d’une documentation (texte, frise, arbre, audio, vidéo…), de la composition d’un groupe mixte intégrant soignants, cadres, médecins ayant comme lien une histoire de travail commun pendant la crise, ainsi que l’idée de la cérémonie définitionnelle devant des témoins en fin de démarche pour amplifier, faire résonner les témoignages. 

Le groupe est issu de l’hôpital Beaujon situé à Clichy, de la réa Sergent, du nom d’un bâtiment destiné à la démolition, qui a été aménagé pour accueillir en réanimation l’exceptionnel afflux de patients. Tous volontaires, ils ont des métiers différents : un médecin réanimateur, plusieurs aides-soignantes, infirmier(e)s, des cadres de santé, un agent de la logistique, ils ont été réquisitionné et se sont coordonnés pour faire face au nombre de malades et à la gravité de leur état dans un contexte d’urgence permanente et inédite. 

 

Notre dispositif se structure en 3 temps : 

Séquence 1 : Des entretiens à 3. L’essentiel de la méthode consiste à proposer un guide d’entretien et à définir les rôles : un narrateur, un intervieweur, et un témoin qui prend des notes. Les rôles sont tournants et l’intimité du trinôme permet à chacun son tour de s’exprimer sur les moments forts et les épreuves, et les ressources intérieures et les soutiens, d’être écouté avec beaucoup d’attention et de partager d’émotion, de commencer à documenter… 

A l’issue de cette séquence nous rédigeons le texte ci-dessous en reprenant certains de leurs mots écrits, et entendus, pour garder les fines traces des histoires de cette l’équipe face à la détresse des patients et des familles. Ce texte n’a eu de cesse d’évoluer, d’être épaissi au fil de leurs récits.

 

 

 

On l’a fait ensemble

Réquisition par SMS, attente, tension intérieure, stress, angoisse.

Peur, peur de l’inconnu, peur de l’échec, peur de la contamination,

La pression, ne pas en dormir de la nuit, en pleurer sur son vélo.

Ne pas s’attacher aux patients. Rester humain.

Est-ce qu’on va en être capable ? Est-ce qu’on va s’entendre ? Est-ce qu’on va résister ?

L’ouverture de Sergent, le montage. Ça y est on s’organise. Les protocoles, les réunions.

Le choc :

Le nombre de malades, leur état, la lutte contre le virus, les décès

La solitude des mourants, les appels des familles, les interdictions de visites, les adieux par face time, les larmes au téléphone, les derniers mots, nos visages,

109 patients

On se sent utile

Malgré l’épuisement et la charge de travail, le manque de matériel, les ruptures de stock, la pénurie de médicaments, les locaux inadaptés, les combinaisons dans lesquelles on crève de chaud

On a transpiré comme jamais,

On n’a pas baissé les bras, on est allé de l’avant, on s’est organisé, on s’est réorganisé, on s’est adapté chaque jour,

Toujours en faire plus, ne pas baisser les bras, on était à fond.

L’entraide est devenue une force, le rire une thérapie

Les cadres de proximité, les collègues, les médecins, les IADE nos anti-stress, les IDE, les logisticiens, les sourires même derrière les masques, la solidarité nationale, les remerciements nous ont aidé à tenir.

Les encouragements nous ont re-boosté.

On était une super belle équipe, on sentait l’écoute des supérieurs, des médecins, les cadres étaient des piliers.

Former des nouveaux arrivants rapidement, donner confiance aux gens de province, encadrer les ESI

On a pu y arriver grâce à l’équipe,

On n’était jamais seul, on s’est donné de la force.

On s’est tous effondré mais il y avait toujours quelqu’un pour nous relever.

On a pleuré, on a ri, on a tout donné.

Pour encaisser les décès, la lourdeur des prises en charge, les dégradations rapides de l’état des patients, pour soutenir les familles désemparées.

Et puis il y a eu l’espoir, les patients qui sortent de la réanimation, ce papa qui survit pour la naissance de son 3èmeenfant

Entre nous on se ressourçait, on retrouvait la bonne humeur, une main toujours tendue

Les déjeuners en commun sur la dalle, dans un silence de plomb, il y avait parfois un rire qui fusait

La chaleur humaine

Tout le monde était content de venir travailler.

Avec bienveillance, écoute, équité.

Ensemble on a réduit la peur, on a surpassé nos peurs.

Cette expérience a été une leçon de vie.

Beaucoup de fatigue, on est sur les rotules, on sent le coup de déprime.

Difficile de décrocher. Difficile d’en parler. Difficile de revenir à la vie d’avant.

On était tellement bien ensemble qu’on voulait rester même si c’était fermé.

La fermeture on l’a pris en pleine face, déboussolé, perdu.

C’est allé tellement vite qu’on n’a pas vu le temps passer.

Ça a donné un sens à notre métier, on s’est réconcilié avec la profession, une renaissance.

On a retrouvé le soin, on a pris soin de l’autre

On pourrait le refaire, on saurait s’organiser mais on ne voudrait pas revoir ce qu’on a vu, on n’est pas imperméable à la tristesse

On a découvert nos forces, on a découvert notre courage.

Fierté.

On l’a fait ensemble.

Et après, et demain

Besoin de se reposer, de prendre des congés, de passer du temps avec sa famille qu’on n’a pas beaucoup vu

Profiter de la vie

L’envie de ne plus repousser à demain ce qu’on peut faire aujourd’hui

Continuer à se développer

Se réaliser, se former, organiser un séminaire, actualiser les procédures

Partager, transmettre ses compétences, donner confiance aux autres

Valoriser le bien-être au travail

Dire ce qu’on a sur le cœur

Avoir des projets

Toujours regarder plus loin

Se sentir pousser des ailes.

 

Témoignage collectif de la crise du Covid 19 – Service Réanimation Hôpital Beaujon –Juin 2020

 

Séquence 2 : La réalisation d’un arbre de vie géant de l’équipe documenté autour de 3 questions principales.

Pourquoi avons-nous choisi ce métier ? 

Quelles sont nos qualités ?  Chacun adresse une qualité dont il a été témoin pendant la crise à une ou plusieurs personnes du groupe et explique pourquoi.

Quels sont nos espoirs pour demain ?

La reconnaissance s’exprime sur la place prise par chacun au sein du groupe, sur ses qualités professionnelles, sur l’attachement partagé au métier et à l’hôpital. C’est aussi l’occasion de se reconnecter pour chacun au sens de leur métier, de leur engagement, de raconter des histoires intimes, de se découvrir, de se projeter dans l’avenir. L’arbre constitue aussi une documentation graphique qui leur a été offerte en fin d’accompagnement. 

Le groupe est sollicité pour décider du public à inviter à la cérémonie de reconnaissance : l’étape finale de notre dispositif. Assez rapidement, les propositions d’invitations arrivent aussi diverses que le Directeur Général, leur ancienne chef de service, et puis : un journaliste, la voisine qui nous faisait des cookies, un patient … 

 

Séquence 3 : La cérémonie définitionnelle que nous décidons de nommer « Cérémonie de la reconnaissance ». 

Chacun des soignants de l’équipe s’exprime seul debout face au public, en racontant un moment d’émotion et de prise de conscience vécu pendant la crise.

Cette expression se fait de manière très spontanée l’un après l’autre sans ordre préétabli, elle donne lieu à de nouveaux récits très représentatifs de leur engagement à essayer de sauver les malades, à les prendre en charge en relation avec leurs familles malgré les contraintes nouvelles des règles de sécurité. Des récits de leurs peurs aussi les mettant face à nous dans la pleine expression de leur courage, de leurs peurs et d’humanité. Des applaudissements concluent chacun des témoignages.

Un acteur de théâtre lit le texte de leurs témoignages s’adressant ainsi face à leurs auteurs, une façon d’honorer leur courage et leurs forces et aussi d’externaliser leurs souffrances. 

S’agissant du public, si toutes les personnes sollicitées n’ont pu être présentes, d’autres se sont ajoutées. Ainsi sont réunis : une journaliste de France-Inter, un photographe, des représentants de la direction de l’hôpital, les psychologues du service, d’autres professionnels …et un patient qui avait passé 6 semaines inconscient dans le service. Il s’exprime en dernier, il dit sa peur de revenir dans ce lieu, et son contentement d’être là pour eux et de participer à cette cérémonie.

Le public est sollicité pour réagir en suivant un questionnement précis et orienté par le guide du témoin extérieur, l’intention n’étant pas de faire un simple feed-back mais bien de partager en quoi ces récits résonnent personnellement avec l’expérience de ces soignants.

La participation de France Inter, l’enregistrement de toute la cérémonie a donné de l’importance à ce moment et a en assuré la démultiplication.

https://www.franceinter.fr/info/la-peur-la-solidarite-l-humanite-quand-des-soignants-temoignent-de-la-crise-covid-a-leur-direction

Emission grand angle en date du 9/07/20 

https://www.franceinter.fr/emissions/grand-angle?p=2

 

La remise d’un diplôme avec les noms et qualités de l’équipe « à valoir pour qui de droit » a permis de matérialiser le souvenir de cette cérémonie. 

Ce que nous avons appris de cette démarche dans ce contexte :

1°) La spécificité des liens qui se sont créés pendant la crise

Face à l’inconnu la solidarité entre professionnels et l’attachement aux valeurs humaines des métiers du soin reprennent toute leur place.

Les récits de la crise COVID disent à la fois la gravité de la situation et la solidité de l’engagement des professionnels pour l’affronter. Cette crise sans précédent (en durée, en ampleur, et en visibilité) a fait disparaître les clivages professionnels habituels des personnels hospitaliers, elle a rendu visible dans toute la société le travail des soignants, et a suscité une mobilisation collective impressionnante.

2°) La puissance de la "reliance"

Nous avons appréhendé la reconnaissance comme une dynamique d’écoute puis d’amplification des histoires individuelles et collectives au-delà du seul aspect hiérarchique. Il ne s’agit pas de remercier, il s’agit de partager ce qui a été fait, ce qui a été vécu, de se redire les valeurs qui nous relient. Notre but était bien de faire vivre au groupe une expérience de reconnaissance entre eux puis avec les témoins, et enfin auprès du grand public.

3°) La frugalité du dispositif

Au total, trois rendez-vous d’environ 2 heures ; le dispositif nécessite certes beaucoup de préparation mais peu d’intervention. Cela constitue une vraie opportunité pour le déployer plus largement. Un autre groupe est d’ailleurs en cours d’accompagnement à l’hôpital Saint Louis à Paris.

4°) L’intérêt de la documentation 

Les différentes documentations élaborées au cours de la démarche avec les mots des participants permettent à la fois de mettre à distance, puis de valoriser les personnes et leurs histoires. 

5°) La force du rituel de la cérémonie

Un grand moment de partage et, pour tous, le moyen d’honorer le collectif, et de marquer la fin d’une période, de le célébrer.

 

Laurence Sarton et Anne-Sophie Michel

Le 14 août 2020