Une séance de supervision narrative



Un consultant me raconte le cas suivant en supervision :

Dans le secteur bancaire, il accompagne deux services qui doivent fusionner. Un chef de projet est nouvellement nommé pour aider à la cohésion de ce nouveau service ; ils doivent « faire le deuil » (sic) de leur représentation passée dans leurs services respectifs. Les deux services n’ont pas une réalité partagée. L’objectif est de leur permettre de trouver une représentation commune.

Le nouveau manager ne semble pas très impliqué. Il ne veut pas participer au coaching de groupe. Il n’impulse pas. On a essayé de l’impliquer, mais il reste en retrait. Il ne prend n’assume ni la position de manager, ni celle de chef de projet. Deux journées ont déjà eu lieu. Et la production de ce nouveau service est freinée par des comportements « non résolus » (sic). L’intervention du consultant en est par conséquent freinée, raconte-t-il. Il est insatisfait et me dit : "Je me sens frustré. Je n'ai pas réussi. Est-ce que ce que j’ai fait est bien ce que j’avais à faire ? Est-ce que j'ai été à la hauteur ?".

Nous conversons alors de la façon suivante :


Quelle était votre intention ?
Mon intention ? Eh bien c’est de réussir la cohésion de cette nouvelle équipe.

Comment nommeriez-vous la frustration avec laquelle vous êtes en relation ?
Je n’ai pas été parfait. Je ne peux pas emmener une équipe là où elle ne veut pas aller.

De quoi ceci vous sépare-t-il ?
D’une satisfaction de voir le résultat de mon travail tel que je le voulais.

Pourquoi n’acceptez-vous pas cette situation ?
Parce que je suis coach, consultant et expert en management et que je n’ai pas poussé le client suffisamment dans ses retranchements. Je n’ai pas été au bout. Je n’ai pas suffisamment tenu les rênes.

Pourriez-vous me raconter une histoire où vous avez su atteindre le résultat escompté ?
Oui. Dans un accompagnement d’équipe qui a bien réussi, j’ai pu faire confiance au manager et à l’équipe, j’ai lâché prise. Je me suis positionné en garant du cadre. Et ça a payé, même si j’ai paniqué à un moment.

Quelles étaient les qualités de ce manager ?
Il était à l’écoute. Il avait la capacité de se remettre en question. Il prenait sa position de leader.

Est-ce que, dans le cas que vous avez présenté, le manager a ces qualités ?
Pas vraiment. Il se positionne en dehors.

En quoi êtes-vous concerné par le fait qu’il n’a pas ces compétences, et qui a fait que la cohésion ne s’est pas réalisée comme vous l’auriez souhaité ?
C’est vrai que je n’y peux pas grand-chose. Je ne peux pas prendre sa place pour réussir mon intervention. S’il ne veut pas se positionner en leader…

Quels sont les effets de ce constat ?
Ben, je ne peux pas faire à la place de mon client.

Et ce constat, il est positif, négatif ou les deux ?
Il est positif, évidemment !

Pour quelle raison ?
Parce que je ne peux être responsable tout seul. Je n’ai pas à me mettre la pression là où ce n’est pas de ma responsabilité, là où le client ne veut pas se risquer.

Alors, qu’est-ce que cela vous donne envie de faire lors de la prochaine séance ?
De communiquer davantage sur la relation, sur ma relation avec le manager. J’étais trop centré sur ce manager qui traînait les pieds. Revenir au processus, à une vision plus systémique. Quitter mes intentions personnelles. C'est l’équipe qui est au centre, pas moi.

Et qu’est-ce que tout cela vous apprend ?
D’être à côté du client, ne pas dépasser son intention. Si celle-ci n’est pas à la hauteur de mes espoirs, quitter ma frustration d’être parfait et aller aussi loin que nous le pouvons ensemble, et pas plus loin.

La frustration du coach qui était "Je ne l’ai pas emmené assez loin" se dissout alors. Ramenant chacun à ses propres responsabilités professionnelles. Etre vigilant au co-engagement, pas au sur-engagement du consultant.

Cette intervention se situe dans le champ des pratiques narratives : une position de non-savoir, décentrée et influente. Elle n’est pas dans le champ stratégique : position de savoir.

La retranscription ne tient bien sûr pas compte des essais erreurs, des délais de réponses, des interventions des autres participants.

Nicolas De Beer
contact@problemation.com



Dernière mise à jour de la page le 29/12/2016  | Haut de page | 826876 pages vues