Les 1ers principes des Pratiques Narratives


Texte issu d'une formation de Michael White (Mediat-Coaching, Paris, juillet 2004)

1er principe

La vie est multi-histoires

C’est un jeu de mot car la vie est non seulement multi-histoires mais multi-étages, c'est-à-dire qu’il y a plusieurs histoires qui vont participer à la création et la maintenance de la vie de quelqu’un. La plupart des gens qui viennent me voir ont l’impression que leur vie est une histoire unique et ils se sentent piégés dans cette histoire unique. Ils ne savent pas comment avancer. Ils ne voient aucune possibilité pour résoudre le problème, et ils attendent que je leur montre le chemin pour avancer. Quand ils décrivent leur territoire de vie, il est monotone et sans issue. Ils partent de l’hypothèse que la réponse va venir du thérapeute. Ça veut dire que ces personnes ne sont pas en contact avec leurs possibilités multiples et regardent le thérapeute comme quelqu’un qui va leur montrer un moyen d’avancer. Ces personnes représentent le territoire de leur vie comme ennuyeux, sans options, et elles ont en tête l’idée que la réponse qui va venir va leur permettre de se représenter autrement. Elles croient que cette réponse va venir de l’extérieur, qu’elle va venir du thérapeute. Beaucoup de personnes qui expérimentent le même problème depuis longtemps ont l’impression que ce problème est devenu impossible à résoudre..
Bien que ces personnes pensent que c’est la tâche du thérapeute de trouver une nouvelle histoire pour elles, c'est-à-dire de leur dire quoi faire, ce n’est pas sa tâche de fournir une réponse ou de créer une nouvelle solution ou de construire une nouvelle histoire. Ils ont des difficultés depuis longtemps, se sentent frustrés et leurs problèmes leur semblent ingérables. Même si ces gens là décrivent leur vie comme une seule histoire, moi je sais qu’il y en a plusieurs et c’est à nous de les aider à les raconter. Ce n’est pas à moi d’apporter des solutions. Mon travail est de mettre à jour de « fines traces » des autres histoires alternatives présentes mais invisibles. Ce sont les histoires alternatives.

La vie est comme un immeuble à plusieurs étages
Les clients se sentent piégés au rez-de-chaussée, enfermés dans un petit territoire, paralysés dans une seule et unique dimension de leur vie. Ceci exclut toute autre possibilité. Il n’y a pas d’escaliers ni d’ascenseurs, pas d’issue de secours pour accéder à leurs autres histoires. Il leur est donc difficile d’avoir accès aux autres étages. Notre tâche est de construire un échafaudage qui ne fait pas partie de la construction et de l’enlever après, quand les escaliers et les ascenseurs sont construits. Ma tâche de thérapeute est alors d’aider les gens à découvrir d’autres façons de vivre, de faire, pour passer d’un étage à un autre.

Construire un échafaudage
En fait notre tâche en tant que thérapeute narratif c’est de construire un échafaudage. Nous nous trouvons comme des travailleurs de bâtiment qui doivent utiliser de telles constructions pour construire un immeuble. C'est-à-dire que l’on va utiliser un échafaudage pour construire un nouvel immeuble puis on enlèvera l’échafaudage lorsque l’immeuble sera construit et terminé. La tâche du thérapeute est de construire un échafaudage de manière à ce que les personnes qu’il accompagne puissent avoir accès à d’autres étages, à d’autres histoires. Le thérapeute fournit l’échafaudage qui soutient les autres histoires de leur vécu. Puis, nous allons identifier les traces minces/fines des autres histoires qui existent dans les vies des personnes, de trouver une porte d’entrée qui les soutienne pour qu’elles entrent dans ces nouvelles histoires, dans ces nouveaux étages, pour que ces autres histoires deviennent riches. Les personnes qu’on accompagne ont besoin d’aller de mince/fin à épais/riche. C'est-à-dire, ils ont besoin d’aller à des représentations minces et fines à des
représentations épaisses et riches de leur vie.


2ème principe
la vie est aussi multi-connaissances et multi-compétences
La vie est non seulement multi-étages, multi-histoires mais également multi-connaissances et multi-compétences. Les personnes qui viennent nous consulter ont des connaissances et des compétences qui peuvent les aider à résoudre leurs problèmes. Bien qu’elles ne soient pas familiarisées avec leurs compétences et leurs connaissances. L’échafaudage que nous créons augmente la familiarité avec leurs compétences et leurs connaissances. Ceci est vrai aussi même pour les enfants très jeunes, même à 4 ans, comme nous allons découvrir très vite au travers des vidéos. Alors la question que nous avons à nous poser est de quelle manière je peux fournir un échafaudage facilitant pour contribuer à la familiarisation du sujet avec ses compétences et ses connaissances. Toutes les cartes que nous allons utiliser dans la thérapie narrative aident à construire cet échafaudage.

La vie a aussi des compétences ...
La vie a aussi des compétences et des connaissances multiples, mais les clients n’ont pas l’habitude de les utiliser. Grâce à l’échafaudage, nous les aidons à se familiariser et à être compétents avec leurs connaissances et compétences de vie.

Les implications de cette approche : il y a plusieurs vies, plusieurs compétences et connaissances.

Le rôle du praticien est d’identifier les "fines traces" d’histoire de vie et de faire en sorte qu’elles soient connues.
Derrida évoquait "l’absent, l’implicite". Nous, nous allons nous attarder sur mince/épais et surface/profondeur.


2 distinctions ou contrastes
1/ Le post-structuralisme pense en terme de Maigre, fin / Epais, riche
2/ Le structuralisme pense en terme de Surface / profondeur

Beaucoup de pratiques s’appuient sur le contraste N°2.
Les Pratiques Narratives s’appuieront sur le contraste N°1.

La psychothérapie au 20ème siècle traitera souvent de cette question de surface/profondeur, relèvant les différences entre surface/profondeur cette distinction est structuraliste. Les Pratiques Narratives utiliseront la distinction mince/épais relèvant les différences entre mince/épais, elle s’appuie sur la distinction non-structuraliste.

Voir sur le site l'article sur la différences entre Structuralisme et Non-Structuralisme

Dernière mise à jour de la page le 01/05/2016  | Haut de page | 870081 pages vues